Des techniques de nettoyage adaptées à chaque plancher

 

lavage solLe nettoyage de plancher dépend du facteur-clé qu’est le revêtement ou le couvre-plancher. Voici les revêtements de plancher les plus répandus dans la construction: le parquet, le carrelage, la moquette et le linoleum. Le plancher en parquet peut être en bois massif, stratifié ou flottant. Son entretien ne se ressemble pas d’où l’utilité d’un traitement spécial et adapté au matériau. Pour nettoyer un parquet en bois il est important de connaître l’apprêt protecteur (vernis, cire, vitrificateur). Pour un parquet vernis, le lavage se fait juste avec une simple serpillère trempée dans de l’eau additionnée d’un nettoyant spécial parquet. S’il s’agit d’un parquet ciré, le nettoyage s’effectue à l’aide d’une serpillère sèche car le bois devient gris au contact de l’eau.

 

Des planchers écologiques

 

En ce qui concerne un autre type de plancher, le linoléum ou vinyle fait partie du groupe de planchers « les plus verts ». Il est composé de matériaux naturels, à savoir l’huile de lin, les résines, la pierre calcaire et les pigments minéraux. Il est donc écologique. En outre pour le carrelage, le lavage se pratique avec une éponge ou un balai microfibre imbibé d’eau avec un produit nettoyant. C’est une surface qui s’entretient facilement avec un savon noir liquide.

 

Le nettoyage des moquettes

 

Pour l’entretien des moquettes, on rencontre une gamme de nettoyeurs moquettes comme la poudre de nettoyage à sec et la mousse. Le nettoyage à sec de votre moquette se passe comme suit : aspirez votre moquette, puis saupoudrez-y la poudre uniformément, utilisez ensuite un balai-brosse pour la faire pénétrer, enfin laissez agir et aspirez bien avec un aspirateur à rotobrosse. Pour le cas des taches en profondeur, on peut distinguer l’utilisation du shampoing moquette qui renferme un détergent bactéricide et fongicide combiné à une aspiration. Cela s’effectue après le passage de l’aspirateur.

Les points positifs d’une porte d’entrée en acier

porte acierUne porte d’entrée doit posséder une meilleure esthétique. En fait, si vous avez des invités, ils ne voient pas d’un premier regard votre salon ou votre intérieur bien agencé, mais votre toiture et votre porte d’entrée. On peut dire qu’elle est la carte de visite d’une habitation. Elle peut être construite en PVC, en acier ou en aluminium. Chaque matériau possède ses avantages. L’objectif principal d’une porte d’entrée, c’est d’accéder facilement dans un bâtiment et d’empêcher les intrusions. Concernant la porte en acier, elle est robuste et sécurisante, surtout si elle est dotée d’une structure blindée. On peut acquérir une porte d’entrée auprès d’une entreprise de vente de portes et de fenêtres.

La composition d’une porte d’entrée en acier

Une porte d’entrée en acier est constituée d’une serrure de fermeture, d’un traitement usine anticorrosion, d’un joint d’étanchéité sur ouvrant et d’une mousse polyuréthane pour l’isolation. Parfois, on installe un seuil en aluminium afin de faciliter le passage des personnes à mobilité réduite. Actuellement, la combinaison de l’acier avec d’autres matériaux devient une tendance en plein développement. L’objectif de la combinaison, c’est d’en bénéficier  une parfaite isolation. D’autre part, il s’agit d’un excellent moyen pour créer sur le plan esthétique.

Les avantages d’une porte d’entrée en acier

L’installation d’une porte d’entrée en acier présente de nombreux avantages. Il s’agit d’un matériau idéal pour la sécurité. La porte d’entrée peut offrir une bonne isolation avec une forte densité de mousse polyuréthane entre les panneaux intérieur et extérieur, ce qui permet de réduire la circulation de l’air froid. Mais il est préférable de la combiner avec d’autres matériaux. En ce qui concerne son entretien, il ne nécessite d’un peu d’entretien. Une couche de peinture entre 5 et 10 ans suffit. Vous pouvez choisir un modèle de porte d’entrée en acier dans une entreprise de vente de portes et de fenêtres.

Le paysagiste et l’art de la création d’un paysage

Le paysage que nous contemplons tous les jours est le résultat de plusieurs années de construction, d’une étude minutieuse des plans d’urbanisme, et d’une mise en œuvre très délicate des édifices, selon des règles et conditions préétablies. Parmi les grands professionnels responsables de ces réalisations se distingue le paysagiste. Il est le génie de la création d’un paysage, quelle que soit l’échelle du travail où il a affaire. Retrouvez ci-dessous, quelques informations qui décrivent le vaste domaine de ce métier !

Comment travaille le paysagiste ?

Ouvriers ou employés exerçant son travail hors des murs d’un bâtiment, un paysagiste paysagistetravaille sur l’architecture d’un paysage, notamment sur la conception et la réalisation des espaces verts. Il traille seul ou en équipe, et doit connaître plusieurs conditions sine qua non pour la réalisation d’un paysage. Il existe une grande différence entre le métier du paysagiste et celle de du jardinier même s’ils opèrent dans un même domaine. À vrai dire, la paysagiste travaille dans un domaine plus large. Non seulement, il est le premier responsable de la conception des plans urbains, mais travaille également sur les impacts climatiques, écologiques, sanitaires, voire sociologiques du paysage. Autrement dit, le paysagiste et le génie concepteur d’un paysage.

Un service de plus en plus étendu

Autrefois, le paysagiste était considéré comme un jardinier, un simple ouvrier botaniste qui s’occupait des jardins publics et des espaces verts privés. Il est, de nos jours, devenu un véritable artiste. Noter, cependant, que le métier de paysagiste n’est pas un métier facile à exercer. De l’étude des plans jusqu’à la réalisation des ouvrages les plus complexes, en passant par l’étude de faisabilité du paysage et la détermination des enjeux de la construction, les démarches paraissent ardues. Bref, les prestations des paysagistes sont toujours sollicitées lors d’un travail d’aménagement intérieur, quelle que soit l’échelle du terrain.

Une solution pour vos problèmes juridiques

Vous avez des affaires à régler au tribunal ? Vous désirez défendre vos arguments, sans pour autant porter atteinte au droit ou au mécontentement des autres ? Comme tous les citoyens du monde entier, quelle que soit votre origine, votre emploi ou votre statut, vous avez droit à un avocat ! Expliquons à travers cet article, les rôles et les fonctions d’un avocat, ainsi que les limites de son intervention et ses capacités de défendre vos opinions devant la cour pénale.

Qu’est-ce qu’un avocat et à quoi consiste son travail ?

Le monde où nous vivons est un monde soumis à diverses réglementations assez strictes. On appelle ces réglementations : les lois. Personne n’est censé ignorer la loi, même si elle est écrite en quelques centaines de pages. Certes, nous ne sommes pas obligés d’apprendre par cœur les lignes de ce règlement, notre devoir est demander conseil aux juristes ou aux avocats lors d’une difficulté d’un procès. Connu en tant que défenseur des droits de ses clients, l’avocatjuriste est une personne ayant comme travail de défendre les justiciables engagés dans un procès, et de conseiller les entreprises ou les particuliers pour des affaires civiles (divorce, accidents, etc.).  Il connait au bout des doigts, tous les droits auxquels une personne physique ou une entreprise peut bénéficier pour exercer toutes les activités qu’ils souhaitent entreprendre au niveau de la société.

Un métier très sollicité

Sans avocat, la démocratie parait dissimulée et absurde. On entend ici par démocratie la liberté d’expression, de présenter une idée, un fait ou une suggestion. Dans les procès civils, il joue le rôle d’intermédiaire entre les concernés et rédige les dossiers nécessaires pour l’avancement du procès. Dans le cas d’une affaire pénale, l’avocat représente et défend son client, en se référant aux droits des citoyens et en misant sur sa capacité de persuasion.

Réparer une fenêtre : comment s’y faire ?

Les fenêtres sont des ouvrages de menuiserie, indispensable pour tous bâtiments. Elle sert à aérer les pièces et faire entrer la luminosité du jour, mais aussi pour pouvoir jeter un coup d’œil sur l’environnement extérieur. Au fil du temps, la réparation des fenêtres s’imposent pour garder leurs aspects esthétiques et pour allonger leurs de vie. Rien ne sert d’engager un professionnel pour la réparation de cette structure, à moins que les détériorations soient très importantes. Retrouvez ci-dessous, tous nos conseils pour réparer ou changer vos fenêtres.

Les  points essentiels à savoir

Des études récentes démontrent quFenêtree les fenêtres peu isolantes sont les responsables de 25 % des déperditions de chaleur d’une pièce. En outre, les fenêtres mal étanches peuvent également être des facteurs des problèmes d’humidité intérieure. En un mot, les fenêtres sont censées protéger l’intérieur contre les agressions climatiques. Isolation thermique, acoustique, étanchéité et esthétique, telles sont les propriétés essentielles à vérifier avant de procéder à la réparation de cet ouvrage. Le cadre et le châssis sont les principales structures qui doivent être régulièrement vérifiées. Si le matériau est apte à résister plus longtemps, quelques touches de réparations (ex : peinture, polissage, etc.) suffisent pour remettre la fenêtre en bon état. Dans le cas où le matériau semble être très vétusté, le changement du cadre est conseillé. La réparation d’une fenêtre est également l’occasion de renforcer la capacité d’isolation de celui-ci, des travaux qui se résument par la pose de quelques matériaux isolants comme le polystyrène ou l’acrylique.

Choisir ses fenêtres : les repères

Lors des travaux de rénovation, changer les fenêtres renvoie à une multitude de choix, tant sur les matériaux que sur la nouvelle structure à adopter. Le choix va ainsi se porter sur les matériaux tels que le PVC, l’aluminium ou le bois. Côté ouverture, préférez les ouvertures battantes ou coulissantes, selon le matériau du châssis.  Bref, la meilleure décision est de demander conseil aux architectes ou aux menuisiers.

Passionné du golf ? Facilitez vos déplacements !

Le golf est un sport qui se pratique en plein air, et qui consiste à jouer une balle depuis l’air de départ jusqu’à son entrée dans un trou avec le moins de coups possible. Ce sport se pratique sur un terrain spécialement aménagé, recouvert de gazon et comportant des pentes plus ou moins raides. Il n’est point possible à un véhicule de circuler sur ce terrain. C’est pour cette raison que les voiturettes de golf ont été conçues, afin de faciliter le déplacement des golfeurs lors d’une partie.

Une voiturette de golfshutterstock_101925589-1391202038 : qu’est-ce que c’est ?

Une voiturette de golf est une petite voiture pour transporter les golfeurs. Son utilisation dans la voirie n’est pas encore admise, néanmoins, certains pays commencent à élargir cette possibilité dans le but de diversifier les moyens de transport. Une voiturette de golf, appelé autrement golfette est, avant tout,  un petit engin électrique qui fonctionne avec des batteries installés sous leurs sièges. Il existe également des modèles qui fonctionnent à l’essence. Cette petite voiture, dans ses capacités standards, peut accueillir deux personnes assises. Il est, de nos jours, possible de concevoir des modèles sur-mesure et personnalisés, permettant ainsi, d’accueillir quatre à six personnes.

Un usage qui tend à se diversifier

Les voiturettes ne sont pas exclusivement utilisées dans les terrains de golf. Certes, elles ne peuvent non plus circuler dans la voirie urbaine, mais au moins, son usage se fait remarquer dans divers domaines comme dans les parcs d’attractions, dans les villages de vacances ou en tant que tête de cortège nuptiale. Ce moyen de transport reste écologique, léger et très pratique pour minimiser les efforts de marche à pied de toutes activités qui en requiert. Noter cependant que les voiturettes de golf ne sont, ni pour des compétitions de course, ni pour des sports extrêmes qui impliquent des actes dangereux et risqués.

Ce qu’il faut savoir sur le laser dermatologique

Les lasers sont un moyen utilisé dans les centres de soins pour réaliser différents types de traitement dans le domaine de l’esthétique. Les lasers permettent d’employer la lumière comme une source d’énergie concentrée et précise. La dermatologie est l’un des domaines dans lesquels ils sont largement utilisés que ce soit pour traiter des anomalies de la peau du visage ou pour faire disparaitre des tatouages. Par ailleurs, le laser est une technique de médecine esthétique préconisée pour lutter contre la cellulite. Le laser émet des infra-rouge pour traiter la cellulite. Leurs applications reposent sur une évaluation médicale de leurs indications.

shutterstock_114649450-1352926844Cicatrice et prise en charge du vieillissement cutané

 On assiste aux techniques consistant à lutter contre les rides, il s’agit du photorajeunissement. Leur principe se base sur l’amélioration de l’éclat du teint, d’inciter un raffermissement de la peau et permettant de traiter les taches brunes. Pour remodeler le tissu cutané, les professionnels utilisent des lasers qui provoquent une apparence de lissage de la peau. Ils consistent à fragmenter des cicatrices ou des rides. Généralement, les lasers utilisés dans ce secteur sont soit des lasers considérés comme ablatifs provoquant une disparition localisée de l’épiderme et du derme. Soit des lasers non ablatifs qui vont respecter l’épiderme.

Les indications indispensables

Le principal risque étant la brûlure qui reste néanmoins rare. Dans tous les cas, elle peut être superficielle ou profonde et nécessitant toute la compétence d’un médecin pour pouvoir la traiter convenablement. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de bien choisir le médecin traitant. La douleur est variable d’un sujet à un autre et d’un appareil à un autre. Ces douleurs peuvent être réduites par des crèmes anesthésiantes sur prescription médicale. Ces crèmes sont appliquées 1 ou 2 heures avant la séance. Il existe également la pulvérisation d’air froid ou de pièces à main auto-réfrigérées.

La vanité de salle de bain, un meuble multifonction !

shutterstock_58738834-1334738937

Bien que le passage dans la salle de bain soit devenu une simple routine, il est important de bien aménager cette pièce maîtresse de votre maison. En effet, on y passe pas seulement pour se préparer, la salle de bain est aussi un endroit pour se ressourcer après une longue journée. D’où l’importance de rendre cette pièce agréable à la vue et pourquoi pas au toucher. Les meubles de salle de bain sont des accessoires indispensables qui vous offrent plusieurs avantages. La vanité de salle de bain reste sûrement un élément important dans cette pièce. Parfois même, par manque d’espace, certaines personnes choisissent de ne mettre que la vanité comme meuble de salle de bain. Très pratique, ce meuble permet de répondre à vos besoins.

Pour bien organiser votre salle de bain

La vanité de salle de bain est un meuble qui est associé le plus souvent à l’évier ou au lavabo. Elle est placée de sorte que vous puissiez vous regarder dans le miroir. Elle vous offre un espace de rangement très pratique où vous pourrez mettre votre dentifrice, votre peigne à cheveux ou encore d’autres produits de beauté. La vanité de salle de bain permet donc de mettre de l’ordre dans cette pièce, même si l’espace est limité. Si tous les éléments de votre salle de bain sont à leur place, elle deviendra un endroit paisible où vous ressentirez quotidiennement le bien-être.

Pour la décoration aussi !

Outre l’espace de rangement que la vanité de salle de bain vous propose, elle reste également un élément de décoration incontournable. Avec un design innovant, elle s’adapte à tout type de salle de bain. Elle se présente également sous différentes formes et coloris qui répondront sûrement à vos envies. De plus, vous pouvez opter pour le matériau qui vous plaît. Le mieux, si vous cherchez un meuble à la fois esthétique et pratique, est d’opter pour le bois.

Rendre le jour de mariage mémorable

shutterstock_55833268-1334738822Un couple consolide leur sentiment par leur union sur l’autel. Ce jour est réalisé pour présenter au monde leur amour inconditionnel. A cette occasion, il existe un partage de moment de bonheur avec les invités. Afin de rendre cette célébration grandiose et inoubliable, il est nécessaire de réaliser une organisation minutieuse de tous les détails. La première étape dans l’organisation est la détermination du lieu. Au-delà de ce choix, la détermination du traiteur pour mariage est également un gros investissement et un élément essentiel pour la réussite de la réception. Sa mission est d’offrir une grande qualité pour les mets choisis lors de la célébration. Ces plats doivent être bien présentés afin de plaire aux consommateurs avant même la première bouchée. Il est impératif que le service soit irréprochable doté d’un véritable savoir-faire.

Les responsabilités du traiteur

Le traiteur doit créer un menu muni de beaucoup de créativité et d’originalité. Mis à part le côté restauration, ce professionnel peut aussi s’occuper de toute la logistique de toute la cérémonie. Il présente les buffets, et parfois, trouve les salles de réception. Il met en place le banquet avec un style décoratif en accord avec le thème choisi par le client. La présentation doit être parfaite dans le but de soulager les fêtés de tout ce qui est préparatif, esthétique et culinaire. La carcasse de la salle est également décorée pour conférer à la fête une ambiance conviviale et festive.

A la réalisation du banquet

Le banquet est un repas d’apparat réalisé durant lequel des animations sont proposées aux convives. Ces animations qui le composent sont au service du bon déroulement du repas. En fait, tout s’articule autour du repas et de son menu. Tous les sens sont interpellés au cours du banquet, visuel, sonore goût et odorat. Ils participent activement à la fête pour la rendre agréable et mémorable. Pour un banquet réussi, il est conseillé d’user des menus et des présentations uniques.

Notes sur les bâtiments à basse consommation

Le développement durable connaît aujourd’hui une influence importante sur toutes nos activités à long terme. Dans le domaine de la construction, les maisons BBC (ou bâtiment à basse consommation) étaient créées pour répondre aux demandes des soucieux de la dégradation progressive de l’environnement. Ainsi, cette norme issue des réglementations thermiques 2012 séduit de plus en plus de personnes.

Ce qu’il faut savoir sur un bâtiment à basse consommation

Une maison BBC est une habitation à très faible consommation d’énergie et qui ne rejette pas beaucoup de CO2. Cette forme de construction est une solution très efficace pour la préservation de l’environnement. En effet, une construction BBC insiste sur l’exploitation des énergies renouvelables (air, eau, soleil, …). Ne voulant point dépenser beaucoup sur les facturations de chauffage, la mise en place d’un éclairage zénithal et d’un panneau solaire au-dessus des toitures suffisent pour fournir de l’eau chaude sanitaire et d’un apport en chaleur dans les pièces. Par ailleurs, les maisons BBC sont aussi aménagées d’une façon où l’isolation du bâtiment est parfaite. Il est vrai que les déperditions énergétiques sont parfois causées par une mauvaise isolation, ce qui va augmenter notre consommation en chauffage. Bref, un bâtiment à basse consommation, autrement appelé BBC est une maison implantée dans une bonne orientation, dotée d’une isolation très efficace et qui a recours aux énergies renouvelables.

Quelques avantages d’une maison BBC

Les constructeurs de maison BBCshutterstock_40366444-1365022871 proposent à ses clients des services de qualité, tout en  garantissant des résultats qui correspondent aux normes du label BBC. Outre les profits en consommation d’énergie et de la préservation de l’environnement, la construction d’une habitation BBC permet d’autres avantages, notamment dans le domaine des taxes et impôts fonciers. D’abord, il est possible de bénéficier d’un prêt à taux zéro pour le lancement du projet de construction. En outre, le gouvernement français peut vous faire bénéficier d’une exonération sur  les taxes foncières allant de 50 à 100 %, et ce, pour une durée minimum de cinq ans à compter de la date des fins de chantier.